Ne pas vendre la peau de l'ours russe avant de l'avoir tué

 

Dans l’un de mes précédents articles, au mois d’avril, je vous expliquais pourquoi, selon moi, les sanctions économiques imposées à la Russie ne fonctionneraient pas.

Pire, je vous annonçais que les premières victimes de ces mesures seraient… les Européens, par effet boomerang.

Et je terminais en posant la question suivante :

                              “Les dirigeants européens seront-ils capables de prendre des décisions politiques pragmatiques pour préserver la valeur de leur monnaie et le pouvoir d’achat de leurs populations ?”

4 mois plus tard, je vous propose de regarder comment la situation a évolué…

 

Rouble vs Euro

 

Selon Bloomberg, “le Rouble devient la devise la plus performante de l’année 2022”.

Il est au plus haut depuis 5 ans face à l’Euro (1) et face au Dollar :

Chargement image

                                                                                     Cours de l’EUR/RUB entre mars et septembre 2022

 

Avant le déclenchement de la guerre, un euro s’échangeait autour de 90 roubles.

La Russie a réussi à renforcer sa monnaie en retournant à son avantage les sanctions monétaires (comme le gel des avoirs de la Banque centrale russe, ou l’exclusion des banques russes du système de paiement international SWIFT).

Et l’Euro s’échange maintenant autour de 60 roubles.

 

Donc depuis le mois d’avril, les Russes bénéficient d’une hausse de leur niveau de vie d’environ + 20 % en parité de pouvoir d’achat.

Et en prime, l’inflation est en baisse chez eux !

                              (la Banque centrale russe est même obligée d’abaisser son taux directeur pour freiner l’envolée de sa devise !)

Ce ne sont pas vraiment les signes d’une économie en train de s’effondrer…

 

La fin du gaz et du pétrole russes… vraiment ?

 

La position officielle des dirigeants européens est de réduire au maximum les importations d’hydrocarbures russes, voire même de les arrêter.

Cette sanction a eu pour conséquence de déchaîner la spéculation sur les cours du gaz et du pétrole au niveau mondial.

Et la Russie a été la première à en bénéficier !

Car même si le volume des exportations vers l’Union Européenne a baissé, il a augmenté vers les autres pays partenaires de la Russie.

Et comme les prix ont explosé à la hausse, la Russie a encaissé plus d’argent !

                              (à fin juillet, elle avait déjà engrangé plus de 97 milliards d’euros grâce à ses exportations d’hydrocarbures !)

En réalité, les seuls qui subissent de plein fouet les conséquences de cette flambée des prix, c’est vous.

 

Et il y a pire…

Pour assurer ses livraisons en Gaz Naturel Liquéfié (GNL), l’Europe s’est tournée vers la Chine.

                              (au premier semestre 2022, la Chine représente 6 % des importations européennes)

Mais la Chine ne produit pas elle-même tout ce GNL.

Elle l’importe, puis se contente ensuite de le revendre aux Européens.

Alors, à l’origine, d’où vient ce gaz ?

Eh oui, vous l’avez deviné…

 

Plutôt que d’acheter son gaz à bas coût en direct à la Russie et de se le faire livrer par gazoduc pour réduire l’empreinte écologique du transport, les dirigeants européens préfèrent…

                              … importer du gaz depuis la Chine, qui nous revend juste ses propres importations de gaz russe, en prenant une marge supplémentaire au passage !

Sans compter que le transport depuis la Chine se fait avec des méthaniers ultra polluants qui doivent traverser la planète entière…

 

Quelle est leur solution ? Encore plus de sanctions !

 

Depuis début septembre, la Commission européenne travaille sur la mise en place d’un plafonnement des prix qu’elle imposerait à la Russie pour ses exportations.

Selon La Tribune (2), Bruno Le Maire est favorable à cette mesure :

                              “Le Ministre français de l’Économie a défendu auprès de ses homologues européens l’idée d’avoir « un plafonnement à 27 des prix du gaz »”

 

Pour résumer cela, imaginez que vous alliez tous les jours chez votre boulanger.

Vous dépendez de lui pour acheter votre baguette.

Et un beau matin vous lui annoncez qu’à partir de maintenant, vous ne paierez plus sa baguette 1,10 €, mais 0,65 €, juste parce que vous avez décidé de plafonner son prix de vente.

Selon vous, il va vous répondre quoi, le boulanger ?


Eh bien, le Ministre russe de l’Énergie a répondu (3) la même chose :

 

Si les dirigeants européens continuent dans cette voie, la Russie redirigera ses exportations d’hydrocarbures vers ses autres marchés (Chine, Inde, etc…)

Et cela risque d’accroître encore plus le déficit énergétique dans l’Union Européenne, ainsi que la volatilité des prix de l’énergie.

Vous en verrez le résultat sur vos prochaines factures…

 

Les médias vous cachent la vérité

 

Le narratif officiel sur les plateaux télé reste toujours le même.

Les yeux dans les yeux, ils vous disent que les sanctions sont efficaces, que la Russie est à genoux, que son PIB est en baisse, etc…

 

Certains annoncent même l’implosion de l’économie russe !

Ils n’ont pas, ou peu, d’arguments chiffrés pour justifier leurs affirmations, mais vous pouvez les croire.

Ou alors vous pouvez regarder les éléments concrets que je vous ai montré plus haut et qui montrent que la Russie se porte plutôt bien économiquement, malgré les (ou grâce aux) sanctions.

 

Mais pourquoi vous mentiraient-ils ?

Parce que le prétexte de “la lutte contre Poutine” est la seule raison qu’ils ont pour vous faire accepter l’inflation incontrôlable, les pénuries alimentaires et les restrictions énergétiques (4) à venir :

 

Ils feront tout pour vous cacher le plus longtemps possible que ce sont leurs décisions politiques qui réduisent votre pouvoir d’achat et votre niveau de vie…

                              … mais les faits sont têtus.

Dites-moi en commentaire combien de temps vous pensez que tout cela tiendra avant le retour au réel ?

 

Restez à l’écoute,

Jérôme.

 

Sources :
(1) investing.com
(2) latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/bruno-le-maire-propose-a-l-ue-un-plafonnement-groupe-des-prix-du-gaz-906459.html
(3) investing.com/news/economic-indicators/petrole-la-russie-va-exporter-davantage-vers-lasie-en-cas-de-plafond-des-prix-2114668
(4) investing.com/news/commodities-news/la-france-doit-reduire-sa-consommation-denergie-de-10-sous-peine-de-rationnement-2114652

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.